Arts-Scène Diffusion

Paul Flückiger, Le Quotidien Jurassien, Novembre 2018

Jean-Luc Ho, claveciniste et organiste, a une force native qui l'habite, le traverse et l'oriente vers les textes musicaux les plus denses et les plus élaborés de l'Histoire. Bach est à la première place, et son art de la fugue (...)
Le compositeur a signé. L'interprète profère. Il joue, infléchit au toucher, à l'articulation, à la registratio, à l'exposition des longs cahiers de l'admirable suite? Et nous ? Subjugués par  les audaces, la bravoure du talent, les ruisseaux en cascade, on cherche les mots de ce monde sonore inouï (...)
L'allant de Jean-Luc Ho est formidable. Les inflexions sensibles, marquées ou subtiles, sont la vie même de l'oeuvre et celle de l'artiste (...) Tous deux, Ho et Bach, liés dans l'exécution de ce chef-d'oeuvre de l'Histoire musicale, évoquent, sans qu'on se force, des arrêts sur d'autres sommets ardents: la voix de Moïse, les convocations d'Esaïe, le même génie du dialogue impératif.