Arts-Scène Diffusion

Alessandro Cammarano, Le Salon Musical, 23 septelbre 2017

L’Ardeo ha una lunga frequentazione con Reicha (la loro incisione dei due quartetti è del 2014) e si sente [...] Le quattro giovani interpreti, Carole Petitdemange e Mi-sa Yang, violini, Yuko Hara, viola e Joëlle Martinez, violoncello danno prova di grande tecnica ed encomiabile affiatamento, soprattutto nell’op. 49 che trova resa perfetta in arcate corpose e ricerca costante di colori. Lire l'article complet

Jacques Freschel, Zibeline, février 2017

(Adam Laloum) Magnifiquement secondé par le Quatuor Ardeo, son exceptionnelle violoniste Mi-Sa Yang entraînant dans son geste généreux ses consœurs Carole Petitdemange (violon), Yuko Hara (alto) et Joëlle Martinez (violoncelle), ils ont livré une version rare, sensuelle, jubilatoire du Quintette pour piano et cordes en mi bémol majeur op. 44 du même Schumann. Mémorable ! Lire l'article complet

Jean-Rémi Barland, Destimed, 1er février 2017

Prenez quatre jeunes filles au talent sûr. Mettez-les en formation chambriste, faites leur jouer un répertoire étendu allant de Schumann à Chostakovitch, et vous aurez le Quatuor Ardeo, qui, en deux concerts fit passer un frisson dans l’assemblée. Lire l'article complet

Etienne Rublon

Ardeo signifie "je brûle" en latin. Et c'est peu dire que le quatuor à cordes du même nom a brûlé les planches de l'auditorium de La Louvière ce dimanche après-midi [...] ll n'était nul besoin d'être un mélomane très averti pour apprécier la fougue et la sensibilité de ces quatre jeunes femmes à la complicité évidente.

Chantal Moreau, Sud ouest, 5 juillet 2016

Les quatre jeunes femmes, dont la formation est habituée aux plus prestigieuses salles européennes et est saluée largement par la critique française et internationale, ont démontré là encore leur talent entraînant le public dans la puissance, la délicatesse et l'harmonie de leur jeu.  Lire l'article complet

Sylviane Falcinelli, Les chroniques de Sylviane Falcinelli, avril 2015

Les membres du ‭ ‬Quatuor Ardeo ‭ ‬affichent une incontestable personnalité sonore‭ ‬et interprétative ; peu leur chaut d’offrir à l’auditeur une eau cristallinement pure, mais la vie de chaque segment, de chaque réplique palpite ; leur imagination frémissante ne laisse aucune invention du compositeur dans l’ombre ; chaque rebondissement du discours provoque une recherche de couleurs appropriées. Lire l'article complet

Frédéric Gaussin, La lettre du musicien, 25 novembre 2014

Révélation sensible et intellectuelle du concert, la transcription sur 16 cordes par François Meïmoun des Variations Goldberg de Bach, données ici sans les reprises. Aria lente, façon Gould 1981, jubilation de la danse, des canons, du swing, de l’écriture fuguée ! Remarquable tour de force, servi par des interprètes engagées de tout premier ordre. Lire l'article complet

Elvire James, classiquenews.com, 14 novembre 2014

Elégance, précision, fluidité, mais aussi grande aisance de la palette agogique, les quatre musiciennes d’Ardeo ne déroge pas à leur réputation : elle portent même bien leur nom, prêtes à brûler de mille feux et crépitements ténus pour que se consume une ardente et vive musicalité. Superbe révélation… qui nous laisse aussi impatient d’en entendre d’autres. Né Praguois, viennois de style et naturalisé français en 1829, Reicha concrétisant un rare exemple d’assimilation entre deux cultures, ne pouvait imaginer meilleures ambassadrices [...] Pour l’heure délectez vous de ce cd excellemment réalisé. Lire l'article complet

F.J., La dépêche.fr, 8 avril 2013

Un quatuor exceptionnel, constitué depuis 2001 de quatre jeunes femmes au talent affirmé [...] Ardeo, en latin «je brûle», est un nom judicieusement choisi, au regard de la fougue de l'interprétation [...] Des lignes mélodiques légères et expressives, un esprit d'harmonie et la grande complicité qui unit les interprètes au travers de leurs sourires ont clôturé de la façon la plus séduisante cette saison musicale. Lire l'article complet

Emmanuelle Giuliani, La Croix, 2 mai 2012

A Venise, le Palazzetto Bru Zane trouve ses marques, 
avec ses trois complices du Quatuor Ardeo et le pianiste David Violi, elle (Carole Petitdemange) en livre une interprétation tendre, passionnée, devant un auditoire médusé par tant de ferveur et de fougue. Pour cadre, un autre trésor du patrimoine vénitien, la Scuola San Giovanni Evangelista, à l’acoustique brillante.
 Lire l'article complet