Arts-Scène Diffusion

Martine D. Mergeay, La Libre Belgique, Juillet 2019

Fanny s'adresse à Ophélie, la fille qu'elle n'a jamais eue (dans la famille de l'auteur du Songe d'une nuit d'été, Shakespeare n'est jamais loin).
À la veille d'être enfin publiée (et à la veille de sa mort), la jeune femme doute encore de son droit à composer et se remémore le combat mené "contre" ceux qu'elle aimait le plus : son père et son frère.
Associés à ce drame latent, la splendeur du visuel, la beauté des musiques et la grâce des artistes prennent ici un caractère déchirant. Tout comme elles révèlent la profondeur de la musique de Félix par son entremêlement avec celle de Fanny. Paradoxe bouleversant.

G. My, Le Soir, Juin 2019

D’une douceur absolue, le spectacle s’appuie sur la beauté de la nature, et sur le théâtre d’objet (…) Un spectacle qui captivera l’attention des enfants (à partir de 9 ans), mais qui ne laissera personne de côté.
"En art, j’ai toujours cru que l’on sous-estimait les enfants, leur compréhension sensible. On ne voulait pas faire quelque chose de simplifié pour aplatir les choses. On voulait plutôt donner de la grandeur même si c’est divertissant. Rêver en grand".