Arts-Scène Diffusion

Jean-Michel Molkhou, 5 Diapasons, Décembre 2019

Dans une esthétique plus démonstrative que celle des Russes, les quatre Français évoluent avec aisance dans le développement complexe du premier mouvement de l'Opus 22. Après un scherzo d'une ivresse inhabituelle puis un andante au pathétisme assez extraverti, ils offrent une belle prise de risque dans le finale.
Restituant toute sa fraîcheur et son invention au fragment de jeunesse, ils s'engagent ensuite dans les ténèbres de l'Opus 30. Leur ton franchement passionel trouve une juste énergie dans l'Allegro sostenuto.
5 diapasons