Arts-Scène Diffusion

Benedict Hévry, resmusica.com, 1er mars 2018

Le grand Alexander Melnikov et le Quatuor Danel donnent en nocturne une version aussi poétiquement nuancée que musicalement affirmée dans ses contrastes du splendide Quintette op. 44 de Robert Schumann. (…) Le sommet de ce Quintette  (Quintette en fa mineur op. 18 (1944) de Mieczysław Weinberg) demeure sans doute le bouleversant Largo où, dans une atmosphère confite et oppressante, le piano et le quatuor, utilisé de manière très éclatée et le piano, semblent jouer un combat stratégique et vital. Les quelques scories d’intonation aux cordes au fil de cet épuisant parcours n’oblitèrent en rien l’impact terrifiant de cette partition et la portée de cette révélation. Lire l'article complet