Arts-Scène Diffusion

Philippe Venturini, Les échos, 24 octobre 2013

[...] plus que le programme, c’est l’interprétation à la fois virtuose et implacable des quatre musiciens qui fait le prix de ce disque [...] La violoniste Fanny Gallois au violon, la pianiste Fanny Azzuro, l’accordéoniste Thomas Chedal et le contrebassiste Benoît Levesque interprètent cette musique avec l’autorité instrumentale et l’intensité expressive qu’ils pourraient prêter à Prokofiev ou Bartók - qui connaissaient mieux que quiconque la rage instrumentale. Mais sous les coups de l’impatience rythmique et des trépidations mécaniques s’ouvrent des abîmes de mélancolie (« Invierno Porteno ») dont on ne revient pas indemne.