Arts-Scène Diffusion

Douce Félicité

Douce Félicité

Airs de Cour de Michel Lambert et Sebastien Le Camus

 

Ce concert met à l’honneur deux des compositeurs majeurs de l’air de cour français de la deuxième moitié du XVIIe siècle : Michel Lambert et Sébastien Le Camus. Nous avons choisi une alternance d’airs à voix seule avec des airs polyphoniques moins connus, qui reflètent la maîtrise contrapuntique des deux musiciens.

Chanteur, instrumentiste et danseur, Michel Lambert (1610 - 1696) fait partie des plus importants compositeurs d’airs de cour de la seconde moitié du 17ème siècle en France. Sous le règne de Louis XIV, alors que son gendre Lully est déjà établi en tant que Surintendant de la Musique du Roi, Michel Lambert obtient le poste de Musicien de la chambre du Roi, charge qu’il conservera jusqu’à sa mort.

Sébastien Le Camus (1610 - 1677) occupe également une place de choix parmi les musiciens ayant vécu sous Louis XIII et Louis XIV. En 1648 il est Intendant de Musique pour Gaston d’Orléans puis, au moment du mariage de Louis XIV avec Marie-Thérèse en 1660 il partage avec Jean-Baptiste Boesset le poste de Surintendant de Musique. Enfin, il obtient le poste d’Ordinaire de la chambre du Roi à la mort de Louis Couperin. Son fils, Charles Le Camus deviendra également compositeur et éditera en 1678 un recueil posthume de son père.

 

Ce programme est réalisable avec un nombre variable de musiciens:

Effectif minimum: 5 musiciens
Dagmar Saskova, chant
Francisco Javier Mañalich, chant et viole
Ronald Martin Alonso, viole
Felipe Guerra, clavecin
Manuel de Grange, luth, théorbe & direction

6 musiciens: effectif minimum + 1 viole

7 musiciens: 4 chanteurs et 3 instruments

11 musiciens
Dagmar Saskova, Barbara Kusa, François-Nicolas Geslot, Francisco-Javier Mañalich, Arnaud Richard, chant
Vojtech Semerad et Josef Zak, violons
Ronald Martin Alonso, Francisco-Javier Mañalich et Antoine Touche, violes
Felipe Guerra, clavecin
​Manuel de Grange, luth, théorbe et direction

Durée du programme 1h15

Presse

Alain Cochard, Concertclassic.com, octobre 2015

[…] la richesse de la voix de Dagmar Saskova séduit l’oreille […] Au côté de la soprano, Francisco Manalich donne la mesure de son talent puisqu’il est, en alternance, gambiste et ténor : sa voix souple et son timbre ensoleillé conviennent parfaitement au genre de l’air de cour et s’apparient on ne peut mieux avec la couleur vocale de D. Saskova […] Dans « Laissez la durer la nuit » de Le Camus, Manalich donne la mesure de son sens poétique, soutenu par l’expressif théorbe de Manuel de Grange.

Denis Grenier, Ut pictura musica, 10 juillet 2017

La prestation est de nouveau convaincante, l’engagement des chanteurs total, le soutien instrumental idoine, et la direction à la fois sûre et souple. Le kaleidoscope permet de suivre avec plaisir l’évolution de cette forme typiquement française. Jamais la pédagogie, bien au contrare, n’atténue l’expression, le seul et véritable but de la musique.

Discographie

Douce Félicité

Douce Félicité


Dagmar Saskova & Barbara Kusa, dessus
François-Nicolas Geslot, haute-contre
Francisco Javier Mañalich, taille
Arnaud Richard, basse
Manuel de Grange, direction

 

Musica Ficta, 2017

Michel Lambert et Sébastien Le Camus figurent parmi les compositeurs les plus importants sous le règne de Louis XIV. Loin de l'opéra, où Lully règne en maître absolu, mais omniprésents aux salons des aristocrates et intellectuels, leurs airs sérieux illustrent d'une manière exemplaire le raffinement et l'équilibre propres au bon goût français.  De structure simple, la beauté de ces oeuvres est sublimée par des lignes mélodiques souples, une harmonie riche et expressive et des textes qui mettent en avant le charme et la douceur du sentiment amoureux.


Audio

Ah, puisque la rigueur extrême

extrait du CD Douce Félicité


Douce Félicité

Dagmar Saskova & Barbara Kusa
extrait du CD Douce Félicité


Michel Lambert, Vos yeux adorables

extrait du CD Douce Félicité


Dossiers

Douce Felicité
Douce Felicité