Arts-Scène Diffusion

Les Lunaisiens

PROJETS ORIGINAUX

Louis dans ses pantoufles

Louis dans ses pantoufles

Dans l'intimité du Roi Soleil

Distribution :

Les Lunaisiens
Arnaud Marzorati direction artistique, baryton
Claire Lefilliâtre soprano
Mélanie Flahaut flûtes, basson, flageolet
Bruno Helstroffer théorbe, guitare baroque
Lucile Boulanger viole de gambe

 

Extraits du programme :

BEYS, Charles (1610-1659) La comédié des chansons (extraits)

D’ASSOUCY, Charles (1605-1677) Airs de Monsieur

GARGUILLES, Gaultier (1582-1633) Je ne voudrais pas être

MARIGNY (?-1670) Ici dessous gît Mazarin

LAMBERT, Michel (1610-1696) Rochers vous êtes sourds

LE SAVOYARD, Philippot (env. 1600) Rien n'en n'est plus beau dans la nature

LULLY, Jean-Baptiste (1632-1687) Musique pour le coucher du Roy

 

Qui pourrait imaginer cette scène intime, dissimulée aux yeux de tous, calfeutrée derrière de gros rideaux de velours ? Scène d’une complicité pourtant coutumière entre le Roi Soleil et son épouse secrète, la Maintenon. Louis XIV se repose des fastes de la cour, il est las des missives des uns et des autres, des suppliques de tant de précieuses et de précieux, le plus souvent ridicules. Il est las de ses rayons extraordinaires qui éblouissent tous les autres États et tous les continents.

Louis, quelquefois, prend alors le temps, car il ne danse plus, de se saisir de son luth ou de sa guitare ; il suit scrupuleusement les conseils de Monsieur de Visée, son professeur. Pourtant, un accord ne passe pas, notre Roi redouble d’attention, il tire même un peu la langue pour se concentrer un peu plus. L’accord ne passe toujours pas. Et la Maintenon, qui lisait quelque livre pieu, conseillée par son confesseur Paul Godet des Marais, éclate d’un rire peu habituel pour une femme que l’on dit si dévote...

Alors, chose mirifique, la Maintenon siège sur les genoux du plus grand des monarques ; puis elle commence un air galant du chansonnier dit le « Savoyard ». Louis, lui fait son « continuo ».
Et pendant plus d’une heure, ils improvisent ainsi un « concert intime », où les airs préférés de ces amants s’enchaînent les uns aux autres, profanes, sacrés, poisseux ou inspirés...
Louis parfois, frappe la mesure, avec ses pieds qu’il a chaussés de ses pantoufles, pour les reposer.

C’est tout un répertoire foisonnant qu’il nous reste à découvrir : chansons, airs sérieux ou à boire, couplets du Pont Neuf ou du Théâtre de la foire. Un répertoire léger mais aussi savamment construit qui se balade sur le plan musical des Guédron à Boësset, de Ballard à Lully.

Il y a également des chansonniers célèbres et truculents. Durant la Jeunesse du Roi Soleil c’est Gaultier Garguilles qui réjouit les foules et les Princes avec ses couplets pittoresques et dans les années 1660 règne Philippot le Savoyard, un chansonnier aveugle avec une voix de stentor. Dans la taverne où se désaltèrent La Fontaine et Boileau, on retrouve les musiciens chansonniers d’Assoucy et Beyes.

Louis XIV connaît très bien ce répertoire. Ne va-t-il pas régulièrement se divertir, en secret dit-on, au Théâtre de la foire après l’audition des grandes Tragédies Lyriques. Ensuite, il prend son luth et susurre quelques airs de ces chansonniers pittoresques qui amènent au coeur de la cour des saveurs de cet esprit français, un rien indécent mais toujours gracieux.

Dossiers

Louis dans ses pantoufles
Louis dans ses pantoufles

ACTUALITÉ

Focus programme: les ballades de Mr Brassens

C'est un des programmes des Lunaisiens que nous avons récemment repris en diffusion et qui est sous-titré: Brassens sur les pas…

Lire la suite

C'est un des programmes des Lunaisiens que nous avons récemment repris en diffusion et qui est sous-titré: Brassens sur les pas de François Villon: Avec ce « Tour de Chant » autour de l’univers musical de Georges Brassens, La Clique des Lunaisiens, spécialisée dans le Patrimoine historique de la Chanson Française, investie une page originale et récente de ce que fut le répertoire préféré des auditeurs français entre 1960 et 1980.
Certes, Georges Brassens demeure dans la mémoire collective, comme le chansonnier idéal avec Ferré et Brel. Mais ce que l’on sait moins, c’est qu’il appartient à une tradition vocale, vieille de plusieurs siècles. Ces chansons à textes, ballades et complaintes, mélopées et romances sont issues de ces pratiques de troubadours où le poète déclamait en musique ses récréations littéraires. + de précisions


Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.