Arts-Scène Diffusion

Flûte, c'est du Bach… 

Flûte, c'est du Bach… 

Soprano, flûte traversière, deux violons, alto, violoncelle, clavecin 

 

Lorsque le génie de Jean-Sébastien Bach s’empare du contrepoint pour composer non seulement ses mystérieuses fugues mais aussi la plupart de ses oeuvres, il crée un monde polyphonique à part, utilisant des voix multiples qui se répondent, chanteurs, violons, basse continue, et aussi instruments à vent, qui sont souvent de véritables solistes. 

Notre ensemble a donc souhaité convier une flûte traversière pour accompagner sa soprano, et tout naturellement interpréter deux magnifiques cantates, la célébrissime Ich habe genug (BWV 82a), à l’origine pour basse et hautbois et adaptée par le Kantor lui-même pour soprano et flûte, et la cantate profane Non sa che sia dolore, une de ses rares cantates profanes en italien, mais aussi le cinquième concerto Brandebourgeois et sa très fantasque cadence pour clavecin, puis la Suite pour orchestre en si mineur, dont la fameuse Badinerie finale met si bien la flûte en valeur… 

 

 

Cinquième concerto Brandebourgeois - BWV 1050 
Cantate Non sa che sia dolore - BWV 209 

 

-------------------------------- Pause -------------------------------- 

 

Suite pour orchestre en si mineur - BWV 1067 
Cantate Ich habe genug - BWV 82a 

 

Durée totale du concert : environ 1h40