Arts-Scène Diffusion

Claire-Marie Le Guay

PIANO

With Florent Melac and Hannah O'Neill, prima ballerina at the Paris Opera

With Florent Melac and Hannah O'Neill, prima ballerina at the Paris Opera

DAPHNIS AND CHLOÉ - Choreographed concert

Original version for piano by Ravel
Choreographic creation by Florent Melac
Claire-Marie Le Guay, piano
Hannah O'Neill, Star Dancer of the Paris Opera
Florent Melac, principal dancer of the Paris Opera

In 2001, Claire-Marie Le Guay discovered the original piano version of the ballet Daphnis et Chloé, written by Ravel before he orchestrated the work. After recording it (Universal/Accord), she proposed to Florent Melac to create a choreography highlighting the purity and the musical and dramatic essence of this form: a piano and a couple of dancers.
"A meadow on the edge of a sacred wood. In the background, hills. To the right, a cave, at the entrance of which, carved out of the rock, are three Nymphs, from an archaic sculpture. A little towards the back, on the left, a large rock vaguely affects the shape of the god Pathan. In the background, sheep are grazing. A clear spring afternoon. When the curtain rises, the stage is empty.
And so it begins...

First performance at the Musée d'Orsay in May 2023

Nicolas Villodre, Toute la Culture, Mai 2023

D’après Stravinsky, Daphnis et Chloé est “non seulement une des meilleures œuvres de Ravel, mais aussi une des plus belles productions de la musique française”. Nous avons eu la chance de la voir interprétée sur scène par la pianiste virtuose Claire-Marie Le Guay qui l’avait gravée sur disque il y a une bonne vingtaine d’années. La partition a pris corps et éclat, exécutée sur un Steinway à queue, côté jardin, sans temps mort ni remords. Le concert à lui seul valait le déplacement et la salle du sous-sol était pleine à craquer. (…)

Les pas de deux sont techniquement remarquables, à base de portés, en veux-tu, en voilà, de pirouettes et d’une belle démonstration de pointes de la ballerine. La prestation pianistique et la performance dansée ont été ovationnées.

Jean Couturier, Théâtre du blog, Mai 2023

Ici, la musique au piano, remarquablement interprétée par Claire-Marie Le Guay, nous fait voyager avec Hanna O’Neill et Florent Mélac, parmi les œuvres exposées au musée d’Orsay et les vidéos des rochers de la forêt de Fontainebleau. Ce qui magnifie les corps de ces athlètes de la danse.
L’anatomie sculpturale de Florent Mélac se confond avec les personnages des grands tableaux. Celle d’Hanna O’Neill, qui vient d’être nommée danseuse-étoile à l’Opéra de Paris, rappelle la finesse de certaines sculptures en marbre du musée d’Orsay. Le côté pastoral de l’œuvre est renforcée par un film tourné au milieu de ces rochers qui finissent par ressembler à une création d’Anselm Kiefer. Portés exacts, pas de deux fluides et l’entente entre les interprètes est totale. On ressent leur réel bonheur à évoluer ensemble, en fusion avec la musique. L’éveil amoureux de ces adolescents mythiques devient ici une évidence et la proximité avec les spectateurs ajoute un supplément d’âme à cette soirée très réussie.

Maïa Koubi, Classique mais pas has been, Mai 2023

Sa sublime interprétation est soulignée par la musicalité des deux danseurs. Florent Mélac, chorégraphe, construit le mouvement en parfaite adéquation et synchronisation avec la musique. Son style est fluide et frais. Il aime les tours, les levées de jambe et les cambrés. La confiance totale que lui accorde Hannah O’Neill permet d’impressionnants portés, exécutés sans accros.
Deux publics, unis face à la beauté
Il y avait ce soir dans la salle deux publics : d’un côté les mélomanes dont l’un d’eux affirme sans scrupule “avoir fermé les yeux tout du long pour apprécier la musique” et de l’autre les balletomanes venus admirer la nouvelle étoile.
Ces deux mondes s’accordent pour ovationner les trois artistes.

Emmanuelle Giuliani, La Croix, Mai 2023

Au Musée d’Orsay, trois artistes livrent une version intimiste et néanmoins puissante du ballet Daphnis et Chloé de Maurice Ravel (…)  une heure de danse où la grâce le dispute à la virtuosité (…)

Ondulations alternées ou symétriques, portés amples et élégants, étreintes… Sur la musique sensuelle de Ravel, dont l’interprétation au piano par Claire-Marie Le Guay sollicite les couleurs les plus éclatantes et les ombres les plus profondes, les danseurs évoquent l’histoire d’amour pastoral entre le chevrier Daphnis et la bergère Chloé. Florent Mélac signe la chorégraphie au néoclassicisme poétique, dans laquelle il incarne un jeune homme sensible, qui, à l’instar du roseau de la fable, plie mais ne rompt pas, se redressant pour tutoyer le ciel. Récemment nommée étoile, Hannah O’Neill impressionne par sa technicité de gymnaste, sa noblesse et sa grâce de déesse. Depuis la salle à taille humaine, le spectateur entend leur souffle, distingue leurs expressions, partage (presque) leur effort sublimé par l’art. Tout comme il admire la calme endurance de la pianiste qui jamais n’interrompt le flux d’une musique caressante, luxuriante, sauvage parfois (…)  une joie solaire couronnée par l’ovation du public. Elle s’adresse à parts égales aux danseurs et à la musicienne dont les talents conjugués ont déployé un arc-en-ciel dans l’auditorium d’Orsay.

 

Jacqueline Thuilleux, Concertclassic.com, Mai 2023

Moment de paix, de légère griserie méditerranéenne, que ce Daphnis et Chloé, dansé en duo dans le sage auditorium du Musée d’Orsay, transformé en Eden pour bergers d’Arcadie, grâce à quelques superbes vidéos dans lesquelles se fondent les danseurs, Florent Melac et Hannah O’Neill, se mouvant sur un  plateau où est installé un piano. Au clavier, la brillante Claire Marie Le Guay accompagne le couple (…)
Idée originale que cette pièce dansée au cœur d’un univers pictural fascinant, et dont la chorégraphie, signée Florent Melac, procure une sorte d’état de grâce. On ose parler de beauté, grâce à l’ondoiement du couple, dont on connaît bien les qualités, forgées à l’Opéra de Paris. Pour Hannah O’ Neill, dont on avait suivi les débuts avec beaucoup d’espoir, et qui semblait s’être figée dans une technique un peu trop académique, on a le sentiment que sa récente nomination d’étoile (en mars dernier) a brisé ses réserves et que, enfin libre, surtout dans ce duo où elle n’a qu’à être elle-même, elle vibre comme jamais. Tandis que Florent Melac, piqué de chorégraphie depuis des années, et avec talent, impose son physique d’Apollon et sa pureté de lignes, dignes d’un Praxitèle, avec une douceur, une fluidité qui sont un parfait écho pour la grâce rayonnante de sa partenaire.
Divins bergers, portés avec une vitalité éclatante par le jeu plus que vigoureux de Claire Marie Le Guay, pour cette idyllique séquence chorégraphique (…)

Choreographed concert Daphnis and Chloé

 



This website uses cookies. By continuing to use this website you are giving consent to cookies being used.