Arts-Scène Diffusion

Brigitte Maroillat, Forum Opera, Juin 2019

Le sémillant l’Ensemble Contraste joue de tout son talent protéiforme pour se fondre avec délectation dans la musique bigarrée d’Offenbach. Il n’est guère difficile pour ces musiciens venant de diverses rives musicales (tango, jazz, création contemporaine), de donner vie aux morceaux choisis oscillant entre exubérance et introspection. Mais loin de n’être que les talentueux accompagnateurs de la reine Jodie, ils sont également les interprètes habités d’une exploration musicale de pièces rares (et moins rares) d’Offenbach, allant des rives de la rêverie mélancolique des Harmonies du soir aux sanglots lents du violoncelle des Larmes de Jacqueline, en passant par la pétillante jubilation d’une fantaisie improvisée autour d’Orphée aux enfers ou de La Vie Parisienne.
Une soirée regorgeant d’énergie positive, que l’on aurait aimé voir se prolonger jusqu’au bout de la nuit, servie par une interprétation en totale adéquation avec l’art maitrisé d'Offenbach des demi-teintes, du comique de situation et de la dérision. Une réussite, incontestablement. Lire l'article

Apolline Gouzi, Bachtrack, Juin 2019

Les arrangements, réalisés par Johan Farjot, le pianiste de l'ensemble, apportent une grande cohérence et rendent justice à l'orchestration d'Offenbach (…)
Parce qu'elles permettent de souligner à quel point les airs d'Offenbach singent avec malice la virtuosité instrumentale – notamment le jeu perlé pianistique ou encore le staccato volant des violonistes –, les respirations instrumentales sont un contrepoint opportun aux pièces vocales. À tour de rôle, les instrumentistes de l'Ensemble Contraste font étalage de leurs qualités de solistes. Dans l'arrangement d'Harmonies du soir, l'altiste Arnaud Thorette déploie tout un jeu subtil d'harmoniques ; dans le Pot-pourri en forme de fantaisie sur Orphée aux Enfers, le clarinettiste Jean-Luc Votano déploie un son chaud et délié ; dans Les Larmes de Jacqueline, le violoncelliste Antoine Pierlot dévoile toute l'ampleur de son vibrato. Enfin, l'amusant arrangement de l'air du Brésilien, tiré de La Vie Parisienne, voit les instrumentistes se donner la réplique avec agilité et jubilation
Lire l'article

Jacques Bonnaure, **** Classica, Janvier 2019

 Elles (les compositions d’Eugène Anthiome) regardent davantage vers ses prédécesseurs, Gounod, voire Reber, mais n’en sont pas moins agréables, surtout lors-qu’elles sont défendues par des musiciens de haut niveau comme les membres de l’Ensemble Contraste : Arnaud Thorette (violon), Antoine Pierlot (violoncelle) et Johan Farjot (piano et arrangements) mettent en exergue leur parfait équilibre. (...)
La jeune mezzo Ambroisine Bré commence à faire parler d’elle dans le petit monde lyrique : la voix, bien conduite, au timbre délicieusement fruité (il faudra encore travailler la clarté de la diction) possède la souplesse et toute la gamme de nuances propres à faire passer les délicates atmosphères d’Armand Lafrique, Edouard Monnais ou Paul Barret. Un programme aussi charmant qu’intéressant.

Victoria Okada, Toute la Culture, Janvier 2019

C’est surtout la mezzo-soprano Ambroisine Bré qui est à l’honneur de ce disque. Sa voix naturelle et expressive contribue véritablement à la redécouverte de ses mélodies nostalgiques du romantisme. Lire l'article

Le Dauphiné Libéré, Décembre 2018

Du classique et du lyrique, c'est osé pour Joséphine mais pleinement réussi. Libres et fervents de l'alliage improbable, le quatuor de musiciens vagabonde entre jazz et tango, classique et comédie musicale, s'accorde à merveille avec la voix lyrique. La complicité évidente de ces artistes, tout en malice, rigueur et exigence, leur spontanéité, permettent un hommage vibrant à la "Vénus d'ébène".

Goûts et Passions, Juillet 2018

L’Ensemble Contraste est composé de trois musiciens de haut vol, Arnaud Thorette alto et directeur artistique, Johan Farjot clavier-synthétiseur et directeur musical ainsi que Vincent Le Quang saxophone et clarinette. Cette formation classique française attachante était accompagnée du brillant Karol Beffa, compositeur et pianiste franco-suisse renommé. Ils nous charment ce soir là des sonorités inédites de leur œuvre commune Miroirs.

Cet ensemble fonctionne comme un groupe de jazz ou de blues, rompu à la communication libre entre musiciens et à l’improvisation instrumentale. Ils offrent une découverte inédite de la Musique avec un grand M. Pas seulement dans le registre classique, même si elle en est la base incontestable, mais ils font usage de contrastes, de mélanges de bossa-Nova et d’ambiance à la Ennio Morricone comme dans leur interprétation de Ich ruf zu dir, Herr Jesu Christ de Johann Sebastian Bach agrémentée de langueurs émotives de jazz-folk.
​(…)
D’après l’auteur de certaines de ces œuvres, Johan Farjot, les différentes pièces offertes ont été combinées dans un esprit incantatoire d’improvisation. C’est une réussite totale ! Entre révérence et irrévérence, orientalisme et free-Jazz, mais toujours dans le répertoire classique, ce qui semble écrit est improvisé, ce qui semble improvisé est écrit.
Lire l'article complet

Lorenzo Ciavarini Azzi, culturebox.francetvinfo.fr, 13 mars 2018

Arnaud Thorette et l'ensemble Contraste : du classique et bien plus si affinités

Dans l'univers du classique, cet ensemble-là détonne. Parce qu'il navigue allègrement entre Bach, pop et comédie musicale. "Contraste" aime l'alliage improbable. Et en joue avec la rigueur des solistes classiques formés à dure école et l'humour de vieux copains (…)
Avouons que le cas d'Arnaud Thorette et de l'ensemble Contraste qu'il dirige avec Johan Farjot est particulier, car il a fait de ce "vagabondage" une récurrence, saluée pour la qualité et la rigueur de ses productions.
Thierry Hillériteau, Le Figaro, 21 octobre 2017

Le croisement des genres est leur ADN. La réconciliation des musiques savantes et populaires, leur mantra. Les musiciens de l’ensemble Contraste font partie de ces rares musiciens classiques qui ne considèrent pas le cross-over comme un blasphème […] cet enregistrement live tient toutes ses promesses : donner au tango, sous toutes ses formes, une grandeur lyrique sans corrompre son énergie vitale et sa volupté. Fruit de dix années d’expérimentation en concert, cette pâte sonore aussi singulière qu’envoûtante embrasse des pièces d’origines variées.

La Dépêche du midi, 10 septembre 2017

Ce fut un réel moment de bonheur partagé avec un groupe sympathique, inventif, convaincu […] Une ambiance décontractée, une grande complicité entre les artistes, une grande maîtrise du saxo, une chanteuse Magali époustouflante par sa voix, sa beauté, ses mouvements, sa discrétion et son sourire. Un très bel hommage à Josephine Baker pour son passé musical et son passé de résistante […] On sentait les artistes proches les uns des autres, chacun s'exprimant avec perfection et dans le respect des autres, même quand il s'agissait d'improviser. Une touche d'humour en prime.

Thierry Hillériteau, Le Figaro

L’orchestre de chambre se mue en collectif d’artistes. Les idées fusent, l‘imaginaire prend son envol. Dans Contraste, on aborde le tango, la comédie musicale mais aussi Jean-Sébastien Bach. Peu importe le flacon,  pourvu qu’il y ait l’ivresse. Et des découvertes à satiété.