Arts-Scène Diffusion

Stéphane Friédérich, Classica, janvier 2015

Fanny Azzuro maîtrise son sujet, évitant tous les pièces d’une lecture brouillonne – rythmiquement, elle est particulièrement assurée- et s’exprimant avec un jeu lyrique et ample quand cela est nécessaire [...] La logique de la construction lui importe avant tout. Cette version n’en reste pas moins profondément musicale. On la rapprochera ici d’un Lazar Berman ou d’un Nikolai Lugansky [...] Un bien joli premier album.