Arts-Scène Diffusion

Classica, Novembre 2019

Une lecture exceptionnelle reposant sur une maturité bonifiée par le temps et l'expérience, des moyens rares et une vision commune.
À l'opposé de tout empâtement ou de toute virtuosité gratuite, voici une version rêvée, équilibrée, retenue, tantôt intime, onirique, chatoyante ou enjouée, au propos clair et au déroulement limpide. En parfaite osmose, partageant un sens commun de l'écoute sans jamais s'imposer au détriment des autres, complémentaires par leurs instruments et leur sensibilité, les interprètes apparaissent en pleine possession de leurs moyens, livrant à foison couleurs, intentions et caractères.
Choc Classica

Laurence Vittes, Bachtrack, Août 2019

The great French clarinetist's liquid phrasing and dynamic range, from full-throated ecstasy to sublime pianissimo, was produced so naturally that it took the audience's collective breath away; in ten brief minutes it characterized the bonds of professional and personal friendships that made the ten-day festival an endearing experience for all involved. Pinto-Ribeiro was the perfect Schumann pianist throughout, the music bubbling from his piano clear and refreshing as a mountain spring, his notes voiced delicately like sensitive jewels. Moraguès adorned the pure sound of his instrument with gentle flashes of color, turning the central section of the second movement into a noble paean to nature. As he does when his spirit is most honestly invoked, Schumann spoke directly through Moraguès and Pinto-Ribeiro, allowing the two musicians to reveal the dimensions of their own love for music. Lire l'article

Joseph Ticon, Le Dauphiné Libéré, Juin 2019

Le public a été littéralement charmé par le jeu expressif et la virtuosité des deux musiciens. Une très agréable soirée très appréciée par les nombreux mélomanes présents.

Jean Jordy, Utmisol, Mars 2019

Les trois interprètes lui confèrent une noble douceur, quela clarinette de Pascal Moraguès pare d’une élégiaque tendresse, singulièrement dans l’Adagio sommet de l’œuvre, à la fois tenu, tendu et émouvant. La Sonate en mi bémol majeur op. 120  n°2 s’ouvre sur une mélodie à la clarinette belle et douce. Pascal Moraguès y déploie le velours sonore de l’instrument avec l’élégance de ligne d’un Ingres. Lire l'article

Pascal Gresset, Classica, Mars 2019

Une lecture exceptionnelle reposant sur une maturité bonifiée par le temps et l'expérience, es moyens rares et une vision commune.
À l'opposé de tout empâtement ou de toute virtuosité gratuite, voici une version rêvée, équilibrée, retenue, tantôt intime, onirique, chatoyante ou enjouée, au propos clair et au déroulement limpide. En parfaite osmose, partageant un sens commun de l'écoute sans jamais s'imposer au détriment des autres, complémentaires par leurs instruments et leur sensibilité, les interprètes apparaissent en plein possession de leurs moyens, livrant à foison couleurs, intentions et caractères. Des moments de grâce apparaissent dans chaque oeuvre.

La Montagne, Janvier 2019

Une atmosphère que Pascal Moraguès ne devait pas briser. Ce brillant clarinettiste, lui aussi habitué des plus grandes scènes du monde depuis des décennies, a répondu par une pareille délicatesse, révélant au passage l'extrême richesse de timbres de son instrument.

Remy Franck, Pizzicato, Décembre 2018

With his expressive and warm playing clarinetist Pascal Moraguès is an excellent performer for this all-Brahms program, and he is very well supported by his partners Christian Poltéra and Frank Braley. Lire l'article

Emmanuelle Giuliani, La Croix, Décembre 2018

Il fallait trois complices, attentif chacun à la singularité de ses camarades pour restituer le charme, la tendresse et la flamme épurée des deux Sonates Op. 120 et du Trio Op.114. Au côté du clarinettiste Pascal Moraguès, poétique et profond, le pianiste Frank Braley et le violoncelliste Christian Poltéra traduisent en maîtres la liberté et le foisonnement mélodique de pièces qui invitent à méditer sur tous les sentiments qui traversent l’âme humaine, concentrés par le génie essentiel d’un compositeur au soir de sa vie. Lire l'article

Hubert Stoecklin, Culture31, 17 février 2017

Il faut dire que Pascal Moraguès, clarinette solo de l’orchestre de Paris, a un jeu d’une incroyable délicatesse. Capable de traits aussi vifs que sensibles. Il arrive à nuancer de manière très délicate, entraînant ses complices dans des moments à la limite du risque [...] la Fantasiestücke de Schumann dans sa version pour clarinette et non alto, qui a diffusé délicatement la poésie dont est capable Pascal Moraguès. L’émotion subtile qu’il offre avec son souffle long, ses couleurs rares, ses phrasés infinis, est un moment rare [...] Pascal Moraguès avec un abandon qui n’appartient qu’à lui, ose des nuances infinies de délicatesse et des sons mourant qui n’en finissent pas de nous hanter. Lire article complet

Hubert Stoecklin, Classiquenews, 7 février 2017

La virtuosité assumée de chacun est entièrement mise au service d’une poésie de chaque instant. Il faut dire que Pascal Moraguès, clarinette solo de l’orchestre de Paris, a un jeu d’une incroyable délicatesse. Capable de traits aussi vifs que sensibles. Il arrive à nuancer de manière très délicate, entraînant ses complice dans des moments à la limite du risque [...] Pascal Moraguès avec un abandon qui n’appartient qu’à lui, ose des nuances infinies de délicatesse et des sons mourant qui n’en finissent pas de nous hanter. Lire l'article complet