Arts-Scène Diffusion

Schubert - Arpeggione, Sonatine et lieder

avec Arnaud Thorette, alto

 

 

Entre Franz Schubert et l’alto il existe un lien affectif qui l’a vu enfant – tout comme Mozart ou Beethoven - tenir la partie de cet instrument lors des exécutions de ses premiers quatuors à cordes. Avec la si délicieuse sonate pour Arpeggione- cet instrument oublié si proche dans sa douceur et sa tessiture de l’alto - et son espiègle sonatine en ré majeur on s’immerge dans l’invention mélodique sans limite de la musique de chambre de Schubert. Adapter pour un instrument à cordes certains des plus beaux lieder du compositeur, c’est renouveler et réinventer cette musique. Au fil de l’écoute, on oublie le texte, on oublie le temps, pour vivre un moment d’éternité.

 

Schubert
Sonatine en ré majeur D384 (15’)
An die Musik D547 (3’)
Ständchen D957 (4’)
Nacht und Träume D827 (4’)
Litanei auf das Fest Aller Seelen D383 (3’)
An der mond D193 (4’)
Trockne Blumen D802 (4’)
Auf dem Wasser zu singen D774 (4’)
Mélodie hongroise D817 pour piano (4’)
Sonate pour Arpeggione D821 (22’)