Arts-Scène Diffusion

Flandre et Espagne au XVIIe siècle

A l'orgue / Au clavecin

 

Ce programme est un échantillon des musiques pour clavier pratiquées dans la péninsule ibérique et les Pays-Bas espagnols. Alors que la facture d’orgue et de clavecin prend un essor sans précédent, le XVIe siècle assiste à l’émergence d’un répertoire instrumental riche et diversifié : au clavier, on adapte œuvres vocales, musiques religieuses ou chansons en vogue, souvent prétextes à de nombreuses variations. De nouveaux genres se développent : tientos et ricercare au savant contrepoint, toccatas à l’écriture presque improvisée, tous occasions de montrer le savoir-faire du compositeur et de l’instrumentiste. C’est à cet engouement alors inédit pour la musique de clavier que ce concert veut rendre hommage.

 

I
Glosas sobre el Canto LIano de La Immaculada Conception
Antonio de Cabezón (1510-1566)
Tiento de 2° Tono por Gesolreut, sobre la Letania de la Virgen
Pablo Bruna (1611-1679)

II
Tocata de mano izquierda de 5° Tono
Juan Bautista Cabanilles (1644-1712)
Vnziesme Fantasie (1610)
Charles Guillet (1575-1654)
Toccata del 3°. Tono
Peeter Cornet (1570-1633)

III
Pavana Hispanica
Jan Pieterszoon Sweelinck (1562-1621)
Diferencias sobre la Gallarda Milanesca
Antonio de Cabezón (1510-1566)

IV
Tiento de medio registro de mano derecha de 1° Tono
Pablo Bruna (1611-1679)
Fantasia
Peeter Cornet (1570-1633)
Diferencias de Folias
Juan Bautista Cabanilles (1644-1712)

. . . .

V
Tiento XXIII por A la mi re
Batalla I Imperal
Juan Bautista Cabanilles (1644-1712)
Triste España Sin Ventura
Juan del Encina (1468-1533)

VI
Corrente Italiana
Juan Bautista Cabanilles (1644-1712)
Daphne
Anonyme Camphuysen Manuscript (circa 1640)
Minué francés
Anonyme (copié en 1707)
Chaconne Grave
Lambert Chaumont (1630-1712)
Xàcara
Juan Bautista Cabanilles (1644-1712) 

 

Vidéos

Frescobaldi, Canzon Quinta a 4, Canto Alto Tenor Basse

Extrait du concert du 4 Septembre 2016 à Sainte Aurélie de Strasbourg sur l'orgue historique André Silbermann (1718) reconstruit par Quentin Blumenroeder en 2015 et sur un clavecin flamand d'Emile Jobin.