Arts-Scène Diffusion

L'Achéron

MUSIQUE ANCIENNE

Grounds, un small band baroque

L’improvisation est un pilier de la musique, depuis toujours celle-ci a été l’un des fondements principaux de l’expression musicale, le moyen naturel par lequel l’Homme a pu révéler directement le fond de son coeur, comme le verbe sa pensée. Malgré le développement de la musique écrite ces derniers siècles, le processus créatif des musiques dites « savantes » du XVIème siècle à la fin du XIXème siècle n’ont pas exclu l’improvisation, bien au contraire, celle-ci demeura l’outil même de l’expression originale, le moyen quasiment incontournable par lequel les compositeurs ont pu faire naître instinctivement mélodies, harmonies et autres inventions mises ensuite sur papier.

L’improvisation ancienne est pourtant rarement entendue en concert aujourd’hui, celle-ci restant encore un territoire sur lequel on s’aventure peu malgré l’infinité de ce répertoire : L’Achéron se propose de mettre en scène un small band baroque, un quintette de musiciens de chambre représentative à l’aube du XVIIème siècle se réunissant pour improviser sur ces standards et ces grounds sur lesquels tant de compositeurs ont écrit des oeuvres célèbres autrefois comme aujourd’hui.

Se concentrant ici sur le répertoire anglais, ces airs seront les escales d’un voyage impromptu. Même en respectant les codes stylistiques de cette musique, les parallélismes avec le jazz sontnévidents : les musiciens ont des chorus, ils dialoguent, complices, ou se provoquent, créant des couleurs et un discours toujours mouvants, une rhétorique instantanée. L’idée du concert prend alors une toute autre allure : chaque représentation devient unique et le présent, toujours plus éphémère…

 

Greensleaves, Fortune, Stingo, John kiss me now, Bonny sweet Robin, Flow my Tears, etc…

 

5 musiciens
Maïlys de Villoutreys soprano
Johanne Maitre flûtes à bec
Angélique Mauillon harpe
Miguel Henry luth & cistre
François Joubert-Caillet viole & direction

Dossiers

Un small band baroque : Grounds
Un small band baroque : Grounds

ACTUALITÉ

The sound of silence, consort pop-songs

L'Acheron peaufine ses propositions pour la saison 21-22 et entreprend de monter, avec la complicité du ténor Samuel Boden un tout…

Lire la suite

L'Acheron peaufine ses propositions pour la saison 21-22 et entreprend de monter, avec la complicité du ténor Samuel Boden un tout nouveau programme intitulé The sound of silence, consort pop-songs: Ce projet se propose d’inviter la pop  dans ces lieux où le silence sublime la musique ; avec un consort de violes de gambe, l’instrument de l’âme, la formation dont le son imite le mieux la voûte céleste, une lecture étonnante de ces oeuvres et auteurs exceptionnels du XXème et du XXIème siècle est donnée. Outre la beauté de ses transcriptions, The Sound of Silence  questionne les usages et habitudes liés à l’écoute et au jeu de ces musiques : la musique ancienne est-elle véritablement plus « savante » que la musique pop ? les trois ou quatre siècles qui séparent ce consort de violes élisabéthain de cette musique anglo-saxonne sont-ils si conséquents ? les frontières entre ces musiques sont-elles réelles ? John Dowland et John Lennon sont-ils des musiciens aussi distincts qu’on l’imagine ?

A consort's monument: Presse!

Avec son dernier CD, L’Acheron intitulé A consort’s monument revient à la musique anglaise pour consort de violes, et s’adjoint le…

Lire la suite

Avec son dernier CD, L’Acheron intitulé A consort’s monument revient à la musique anglaise pour consort de violes, et s’adjoint le concours d’un orgue positif et d’un virginal.

Resmusica en fait l’éloge dans cet article du 10 mai:

Dans l’ensemble, les instruments à clavier joués colla parte se mêlent si bien à la sonorité des violes qu’il faut parfois tendre l’oreille pour s’assurer de leur présence. Si l’on peut dire d’un consort de violes de qualité qu’il sonne comme un orgue, en référence à l’homogénéité des timbres, c’est bien le cas de L’Achéron. C’est encore plus flagrant ici, quand l’orgue se mêle ainsi aux violes. Trois courts moments nous permettent d’entendre les instruments à clavier sonner seuls, dans des improvisations sur des thèmes de l’époque. Le sommet est une improvisation sur un Ground de Simpson jouée conjointement à l’orgue et au virginal, où Philippe Grisvard et Yoann Moulin font assaut d’inventivité dans un parfait d’équilibre

Lire l’article complet


Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.