Arts-Scène Diffusion

Pascal Amoyel

PIANO

Duel

Pascal Amoyel & Dimitris Saroglou  2 pianos 

De nos jours, il n’y a pratiquement plus que les musiciens de jazz qui s’adonnent à l’improvisation. Et pourtant, bien avant le jazz, l’improvisation était d’abord l’apanage des compositeurs de musique dite « classique ».  Le public venait de très loin pour entendre d’abord de la nouveauté, de la création ! 
Sait-on par exemple que Mozart ne jouait pas en concert ses propres Sonates, mais improvisait à loisir sur son clavier ? Que Liszt improvisait durant des concerts entiers sur des thèmes donnés par et devant un public médusé par tant d’audace, de poésie et de virtuosité? Que Chopin aimait lire des poèmes avant de laisser vagabonder son imagination sur son Pleyel ? Promis d’ailleurs à une grande carrière de comédien, il excellait particulièrement dans la pantomime et les imitations !
Jugez plutôt : nous sommes le 22 décembre 1808 à Vienne, il est 18h30. Beethoven arrive sur scène d’un pas nonchalant. Il s’apprête à donner ce qui deviendra l’un des concerts les plus célèbres de l’histoire : il y dirige la création de sa 5e Symphonie et de sa Pastorale, joue la partie soliste de son 4e concerto pour piano, mais ne manque pas de conclure ce concert-fleuve qui durera plus de 4 heures par une improvisation d’une demi-heure ! Czerny dira d’ailleurs que quiconque n’a pas entendu Beethoven improviser ne peut véritablement prendre conscience de son génie...
Plus près de nous, Debussy, Ravel, Bartok ou Stravinsky avaient l’habitude d’improviser des heures avant de coucher les notes sur le papier.

De grands duels furent organisés tout au long de l’histoire pour saluer et mettre en exergue les performances de ces artistes: Bach contre Marchand, Haendel contre Scarlatti, Mozart contre Clementi ou encore Liszt contre Thalberg, rivalisant de créativité sur des thèmes musicaux ou littéraires et des défis inouïs lancés par le public. 

Suite à leur succès au Festival de la Roque-d’Anthéron en 2020 à l’initiative de René Martin, deux grands interprètes d’aujourd’hui, Pascal Amoyel et Dimitris Saroglou, ont à cœur de perpétuer cette tradition hélas perdue qui fit les grandes heures des concerts tout au long de l’histoire, et qui enthousiasmèrent sans équivalence ceux qui eurent la chance d’y assister.


Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.