Arts-Scène Diffusion

Trio SR9

TRIO DE PERCUSSIONS

photo Claudia Hansen
Laura Gilli 2023
© Laura Gilli
Laura Gilli 2023
Photo Laura Gilli
Olivier Baco
Photo Didier Bonnel

Trio SR9 (version longue) trio de marimbas


SR9 : On pourrait croire que le nom est celui d’une fusée expérimentale destinée à explorer de nouvelles galaxies. Ce n’est pas tout à fait le cas… et pourtant si! Car la trajectoire du trio qui porte ce nom, formé en 2012 par Paul Changarnier, Nicolas Cousin et Alexandre Esperet, ressemble bien à celle d’un engin stellaire chargé de reconnaître de nouveaux mondes de sons, quitte à faire swinguer la musique des sphères.

Marimba mon amour
Ces trois musiciens, aussi savants qu’ingénieux, se sont découverts dans la classe de percussion du Conservatoire National de Musique et de Danse de Lyon. Ensemble, ils partageront le destin de ces artistes à part entière et entièrement à part que sont les percussionnistes : être les hommes à tout jouer de l’orchestre, ceux que l’on sollicite pour s’essayer aux instruments et aux objets musicaux les plus insolites. Le tout avec une précision d’horloger suisse (ou de coucou de la même nationalité). C’est sur ce chemin aventureux qu’ils tombent amoureux du marimba, noble xylophone aux lames de palissandre qui, après bien des périples, n’a fait son entrée dans les partitions européennes qu’au milieu du XXème siècle. Mais nos trois savanturiers musicaux ont conscience qu’il est capable de couvrir cinq octaves et de se frotter à tous les répertoires. Alors, remontant le temps et l’histoire de la musique, ils vont s’employer à transcrire et arranger des œuvres classiques et contemporaines pour leur instrument fétiche. Bach d’abord, qui a donné au trio son architecture : à Paul Changarnier les basses, Alexandre Esperet joue les parties dévolues au soprano quand Nicolas Cousin, dans les médiums, assure le contrechant.

Le trio, qui remporte plusieurs prix internationaux, publie son premier disque BACH au marimba (Naïve, 2015). Suivront Alors, on danse? (Naïve, 2018), et Ravel Influence(s)(Evidence Classics, 2022) avec Shani Diluka, Kyrie Kristmanson et Astrig Siranossian.
 

Chercheurs d’or
Et si le marimba demeure au centre de leurs créations, leur appétit pour les expérimentations sonores est capable de faire feu de tout bois, de tout métal, de tout matériau capable de produire du son pour s’inventer un instrumentarium original, capable de donner vie à des œuvres inédites. Aux mâchoires d’âne, dés à coudre et appeaux en tout genre s’ajoutent des ribambelles de verres en cristal, un piano préparé, des tôles et autres ustensiles patiemment chinés dans des casses, décharges et autres lieux souvent peu fréquentés par leur corps de métier. Il faut voir ces Géo Trouvetout du son, munis de leurs mailloches et d’un accordeur, fouiller dans les bennes à la recherche de la perle rare, capable de produire le son unique dont ils ont rêvé. Lors de ces séances ils peuvent faire chou blanc, mais récoltent toujours de nouveaux objets sonores, semant les graines d’idées musicales qui ne demanderont qu’à éclore dans de futurs projets. Ils revendiquent d’ailleurs cette sérendipité comme une méthode, l’essentiel étant toujours, quand on est alchimiste, de transformer le plomb en or.
Cette magie a certainement trouvé sa plus éclatante démonstration lors de leur collaboration avec le compositeur et arrangeur Clément Ducol sur Déjà Vu, paru chez NØ FØRMAT! en 2022. L’album, qui métamorphose les superproductions des studios américains en subtiles créations artisanales acoustiques, convie des voix choisies de la scène française  (Camille, Malik Djoudi, Camélia Jordana, Sandra Nkaké, Blick Bassy…). Il donne lieu à des concerts exceptionnels (Théâtre du Châtelet à Paris, Opéra de Lyon, festival Kyotophonie aux Japon, Les Suds d’Arles) où le trio est rejoint par La Chica, Barbara Pravi, Gabi Hartmann ou encore Flèche Love. Du classique à la pop, quelque soit l’horizon musical des artistes avec lesquels il collabore, le trio fait évoluer avec souplesse son identité sonore. En 2024, ils publieront Venus Rising (Evidence Classics) en compagnie de la chanteuse folk franco-canadienne Kyrie Kristmanson. Un nouvel album qui rend hommage aux compositrices que l'histoire a oubliées, de la musique médiévale à la pop d’aujourd’hui.

 

Alors, on danse?
Il faut dire que nos trois explorateurs ont toujours eu la conviction que savant et populaire pouvaient fort bien rimer. Nombre d'œuvres classiques n’ont-elles pas été tirées de danses populaires ? Les trois musiciens ne l’ont jamais oublié et ils s’emploient avec bonheur à faire danser les musiques comme les corps. A commencer… par le leur.
Les voir sur scène est un spectacle en soi car, outre leur instrumentarium qui ressemble au laboratoire d’un inventeur fou, ils portent une attention particulière à leurs gestes qui, synchronisés, deviennent de véritables chorégraphies. Le ballet des baguettes sur les lames, les mouvements des bras, les changements d’instruments et autres ponctuations sonores dessinent dans l’espace d’étonnantes figures poétiques, comme celles d’astronautes en apesanteur qui s’adonneraient gracieusement à la danse.

Des États-Unis à l’Australie en passant par le Japon et l’Europe, leurs concerts et master-classes se succèdent dans une intense et joyeuse frénésie. Parce qu’au-delà du travail acharné, c’est bien leur insatiable curiosité, leur folle inventivité, et cette permanente envie de jouer pour les autres qui font d’eux des Ovnis porteurs d’un bonheur communicatif.
Qu’on ne s’y trompe pas, leur vaisseau a beau porter le nom d’une formule mathématique dont le résultat est 3, comme les membres du trio (SR9 - en anglais Square Root of Nine = √ 9) , ses pilotes en on fait, par la magie de leur alchimie, une formule éminemment poétique, synonyme d’une virtuose et inextinguible curiosité.

Le Trio SR9 est un ensemble conventionné par le Ministère de la Culture / DRAC Auvergne Rhône-Alpes, soutenu par la Ville de Lyon, le CNM, la Spedidam, l’Adami, l’Institut Français, la SACEM. Il est sponsorisé par ADAMS Percussions, Zildjian, Bergerault et Resta-Jay Percussions.

Les musiciens sont habillés par la maison Issey Miyake.
 

Vladimir Cagnolari

 

Octobre 2023


Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.