Arts-Scène Diffusion

Guillaume Coppola

PIANO

Jean-Baptiste Urbain, France Musique, Septembre 2021

Le nouveau disque d’un grand duo de pianistes français.

Frédéric Menu, Le Mag / L'Est républicain, Septembre 2021

(...) En résumé, « Rèves d’Espagne » est un album enthousiasmant de cette rentrée, chaleureux comme un Ibère qui vient.

Frédéric Menu, Le Mag/L'Est républicain, Septembre 2021

Un album enthousiasmant de cette rentrée.

Laure Mézan, Radio classique, Septembre 2021.

Un programme gorgé de soleil.

Benedict Hévry, Resmusica.com, août 2021

(…) une version sereine et solaire de la Seconde sonate de l’opus 120 brahmsien. À l’amabilité apollinienne du premier temps, où l’archet d’Arnaud Thorette se révèle d’une suprême et élégante précision, répondront les orages intérieurs de l’Allegro appasionato, avec un formidable sostenuto central, tout en contrastes et clairs-obsurs. Les demi-teintes du piano de Guillaume Coppola font également merveille au fil de l’ultime thème et variations, moins capricieux que de coutume, mais égrené avec une faconde distanciée et une radieuse pudeur (...) Lire article complet

La Nouvelle République, Mars 2020

(…)  l’alto d’Arnaud Thorette et le piano de Guillaume Coppola. La belle sonorité rauque, chaleureuse et pénétrante de l’instrument, signé du luthier Jean-Louis Prochasson, chante des lieder de Schubert d’une voix ample et troublante dans les clairs-obscurs du piano. Lyrique, bouillonnante, intérieure, dansante, la sonate Arpeggione et le brûlot musical de la sonate opus 120 de Brahms mettaient en lumière les visages du romantisme. Lire l'article

Victoria Okada, Crescendo Magazine, Septembre 2019

Avec ce disque, Guillaume Coppola se montre à la fois poète et constructeur. Poète par ses idées et par la finesse dans la manière de les articuler.  (…)
Chaque pièce entre ainsi en résonance avec les autres, souvent avec celle qui se trouve immédiatement avant ou/et après. Elles sont choisies par affinité ou proximité de style, de tonalité, d’harmonie ; l’enchainement est fluide, sans interruption, comme s’il s’agissait d’un grand cercle qui tourne perpétuellement. C’est là que Guillaume Coppola révèle son talent de constructeur. Non pas qu’il bâtisse une forteresse, mais il juxtapose un par un des éléments semblables mais subtilement différents. 
Ce silence, les doigts du pianiste l’expriment avec une délicatesse infinie. (…)on ne ressent aucun statisme, aucune nonchalance. Paradoxalement, l’interprétation revêt un dynamisme. Guillaume Coppola joue ici l’équilibriste musical, use de l’art des dosages. Lorsqu’un mouvement apparaît, c’est pour mieux apprécier le silence telle une brise rafraîchit la sensation. L’excellente prise de son, ni trop près ni trop loin, qui souligne la beauté du son, participe à ce jeu d’équilibre qui fait merveille.  Lie l'article

Jean-Pierre Robert, On TopAudio, Juillet 2019

Guillaume Coppola éprouve une empathie certaine pour ces musiques qu'il a choisi de réunir avec cœur. Son jeu expressif et sans fard le démontre, avec rigueur et simplicité, non sans d'imaginatifs écarts de dynamique. Un disque qui sort des sentiers battus !
L'enregistrement au CRD d'Aulnay-sous-Bois est présent et aéré, révélant les mille couleurs du jeu du pianiste. Lire l'article

Emmanuelle Giuliani, La Croix, Juin 2019

Guillaume Coppola a construit un programme où circulent librement l'air, la lumière et le silence, fil conducteur de son parcours. Le pari est harmonieusement relevé, tant chaque oeuvre procède de la précédente dans un enchaînement de tonalités, de climats, de sentations. Ouaté, rêveur mais jamais évanescent, le toucher du pianiste sait aussi se faire plus tranchant tandis que le balancement des lignes musicales fait merveille, dans Chopin comme dans Satie ou Dutilleux... Splendeur de profondeur dans sa simplicité, le Prélude op. 11 n°15 de Scriabine qui conclut le disque ouvre en nous un monde infini de pensées et d'impressions.

Franck Mallet, Musikzen, Mai 2019

On admire le choix impeccable du musicien à associer, outre dix pièces de Mompou en fil conducteur, Ravel, Satie, Dutilleux, Scriabine, Chopin, Takemitsu, Debussy et Granados. Néanmoins, rien de démonstratif dans cet art des correspondances : notes profondes, sens du rythme, Guillaume Coppola est l’intercesseur idéal de ces « musiques du silence » Lire l'article

ACTUALITÉ

Sortie de CD!

Et un de plus! Guillaume Coppola retrouve son acolyte de toujours, le pianiste Hervé Billaut, pour un nouveau CD à…

Lire la suite

Et un de plus! Guillaume Coppola retrouve son acolyte de toujours, le pianiste Hervé Billaut, pour un nouveau CD à 4 mains intitulé Rêves d'Espagne: + de précisions & extrait video.


Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.