Arts-Scène Diffusion

Rodolphe Bruneau-Boulmier, Classica, 2011

A n’en pas douter, Pascal Amoyel semble le prophète idéal pour les Harmonies poétiques et religieuses de Liszt. Pas seulement parce que le pianiste est habité par un sentiment divin, mais aussi parce qu’il fut l’élève de György Cziffra. Il a retenu l’esprit de la liberté, le souffle épique et tragique qu’il faut donner à Liszt. Il a compris qu’il faut se donner à Liszt. Alors on ne sera pas surpris d’entendre ici des Harmonies poétiques et religieuses inspirées, engagées et même transfigurées. Le son est beau, contemplé, ample et lumineux. Les harmonies et les changements d’éclairage sont entendus avec intelligence, lyrisme. C’est splendide parce que retenu et même austère. Avec Amoyel, on prie, on écoute, on admire, on est ailleurs.