Arts-Scène Diffusion

L'Achéron

MUSIQUE ANCIENNE

A Consort's Monument

A Consort's Monument

Apogée du consort de violes anglais

Le consort de violes anglais connaît son âge d’or au début du XVIIème siècle, une période où une quantité spectaculaire de musique est composée pour cette formation. Durant ces quelques décennies se développe un art de jouer le consort de violes, ainsi que des pratiques musicales et instrumentales courantes décrites notamment par Thomas Mace, dans son Musick’s Monument (1676) : celui-ci y peint avec passion ces moments musicaux, nous donnant une source d’informations très précieuse aujourd’hui.

Depuis 2012, L’Achéron, en collaboration avec le luthier Arnaud Giral (Bristol, UK), a entrepris de suivre de près les indications précisées par Thomas Mace et de les mettre en regard avec d’autres auteurs de l’époque pour fabriquer un consort de violes de gambe le plus authentique qu’il soit. Pendant cinq ans, le luthier a fournit à L’Achéron une nouvelle viole chaque année en suivant précisément les informations musicologiques accumulées : ainsi, le consort qui s’est peu à peu créé a un son et une identité uniques ; il constitue une première mondiale.

 L’une des caractéristiques techniques de ces violes de gambe est leurs proportions : la plus petite -le dessus de viole- mesure précisément la moitié de la basse et le ténor le tiers. Comme les tuyaux d’un orgue, ces instruments sont ainsi « harmonisés », ce qui donne à l’ensemble une homogénéité, une résonance, des harmoniques et une force exceptionnelles, permettant une lecture de la musique toute nouvelle.

Les descriptions de Thomas Mace ne portent pas uniquement sur des aspects techniques mais aussi sur la pratique pure et le déroulé des concerts donnés à l’époque. Il y cite les compositeurs joués, le type d’oeuvre -parfois même lesquelles- et leur accompagnement par des instruments harmoniques, notamment l’orgue : ce dernier, comme le virginal, ont en Angleterre des spécificités bien particulières leur donnant des sons très différents de leurs « homologues » continentaux.

L’année 2018 a vu naître dans les ateliers de Jean-François Brun (Paris) et Dominic Gwynn (Nottinghamshire, UK) un virginal et un orgue typiquement anglais, notamment pour accompagner les violes de L’Achéron. Ce programme les réunit enfin pour faire entendre les « extases divines » (« Divine Raptures » selon les termes de Thomas Mace) que cette formation rarissime et ce répertoire sublime produisent.

 

Fantaisies, Airs et danses de FERRABOSCO, WARD, LUPO, WHITE, DERING, LAWES, JENKINS, SIMPSON, COPERARIO & MONTEVERDI 

 

Distribution :
François Joubert-Caillet dessus de viole & direction
Andreas Linos dessus de viole
Marie-Suzanne de Loye ténor de viole
Aude-Marie Piloz ténor de viole
Amélie Chemin basse de viole
Sarah van Oudenhove basse de viole
Yoann Moulin virginal
Philippe Grisvard orgue

Presse

Cécile Glaenzer, ResMusica, Mai 2020

Dans l’ensemble, les instruments à clavier joués colla parte se mêlent si bien à la sonorité des violes qu’il faut parfois tendre l’oreille pour s’assurer de leur présence. Si l’on peut dire d’un consort de violes de qualité qu’il sonne comme un orgue, en référence à l’homogénéité des timbres, c’est bien le cas de L’Achéron. C’est encore plus flagrant ici, quand l’orgue se mêle ainsi aux violes. Trois courts moments nous permettent d’entendre les instruments à clavier sonner seuls, dans des improvisations sur des thèmes de l’époque. Le sommet est une improvisation sur un Ground de Simpson jouée conjointement à l’orgue et au virginal, où Philippe Grisvard et Yoann Moulin font assaut d’inventivité dans un parfait d’équilibre

Els Van Hoof, Klara, Mai 2020

Die muziek is "heel specifiek van klank en sfeer. Ze is warm en gedragen - een gamba heeft een meetrillende, weemoedige klank." Er is niet alleen de gamba die A Consort's Monument zo bijzonder maakt. "L'Achéron heeft ontdekt dat er bij een gambaconsort ook een orgel moet zijn om goed te klinken. Ze hebben een authentiek orgel laten nabouwen én een virginaal, en zo benaderen ze hoe de muziek in de zeventiende eeuw zou kunnen hebben geklonken. Een prachtige samenklank!"

Discographie

A Consort's Monument

A Consort's Monument


François Joubert-Caillet, Andreas Linos, Marie-Suzanne de Loye, Aude-Marie Piloz, Amélie Chemin, Sarah van Oudenhove : violes
Yoann Moulin : virginal
Philippe Grisvard : orgue

Ricercar, 2020

Anthologie anglaise pour consort de violes & claviers

Sortie le 10 avril 2020


Vidéos

William Lawes, Ayre

Excerpt of the CD "A Consort's Monument" by L'Achéron - François Joubert-Caillet Release in April 2020 by Ricercar-Outhere


A Consort's Monument - Making of

 

A Consort's Monument - Making of Documentary film by Marine Ottogalli
 


Dossiers

Extases divines
Extases divines
A Consort's Monument
A Consort's Monument
Divine Raptures (en)
Divine Raptures (en)

ACTUALITÉ

The sound of silence, consort pop-songs

L'Acheron peaufine ses propositions pour la saison 21-22 et entreprend de monter, avec la complicité du ténor Samuel Boden un tout…

Lire la suite

L'Acheron peaufine ses propositions pour la saison 21-22 et entreprend de monter, avec la complicité du ténor Samuel Boden un tout nouveau programme intitulé The sound of silence, consort pop-songs: Ce projet se propose d’inviter la pop  dans ces lieux où le silence sublime la musique ; avec un consort de violes de gambe, l’instrument de l’âme, la formation dont le son imite le mieux la voûte céleste, une lecture étonnante de ces oeuvres et auteurs exceptionnels du XXème et du XXIème siècle est donnée. Outre la beauté de ses transcriptions, The Sound of Silence  questionne les usages et habitudes liés à l’écoute et au jeu de ces musiques : la musique ancienne est-elle véritablement plus « savante » que la musique pop ? les trois ou quatre siècles qui séparent ce consort de violes élisabéthain de cette musique anglo-saxonne sont-ils si conséquents ? les frontières entre ces musiques sont-elles réelles ? John Dowland et John Lennon sont-ils des musiciens aussi distincts qu’on l’imagine ?

A consort's monument: Presse!

Avec son dernier CD, L’Acheron intitulé A consort’s monument revient à la musique anglaise pour consort de violes, et s’adjoint le…

Lire la suite

Avec son dernier CD, L’Acheron intitulé A consort’s monument revient à la musique anglaise pour consort de violes, et s’adjoint le concours d’un orgue positif et d’un virginal.

Resmusica en fait l’éloge dans cet article du 10 mai:

Dans l’ensemble, les instruments à clavier joués colla parte se mêlent si bien à la sonorité des violes qu’il faut parfois tendre l’oreille pour s’assurer de leur présence. Si l’on peut dire d’un consort de violes de qualité qu’il sonne comme un orgue, en référence à l’homogénéité des timbres, c’est bien le cas de L’Achéron. C’est encore plus flagrant ici, quand l’orgue se mêle ainsi aux violes. Trois courts moments nous permettent d’entendre les instruments à clavier sonner seuls, dans des improvisations sur des thèmes de l’époque. Le sommet est une improvisation sur un Ground de Simpson jouée conjointement à l’orgue et au virginal, où Philippe Grisvard et Yoann Moulin font assaut d’inventivité dans un parfait d’équilibre

Lire l’article complet


Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.