Arts-Scène Diffusion

Emmanuelle Bertrand

VIOLONCELLE

Emmanuelle Bertrand par Jean-Baptiste Millot
photo Aurianne Skybyk
photo Philippe Matsas
photo Philippe Séon
photo Aurianne Skybyk
photo Philippe Matsas
droits réservés

Emmanuelle Bertrand (version longue) violoncelle

 

Elue « Soliste instrumentale de l’année » aux Victoires de la Musique en mars 2022 (ex æquo avec sa consœur Sol Gabetta), personnalité rayonnante et généreuse, Emmanuelle Bertrand est une figure incontournable du violoncelle européen.

Formée aux Conservatoires Nationaux Supérieurs de Musique et de Danse de Lyon et Paris dans les classes de Jean Deplace et Philippe Muller, lauréate de nombreuses distinctions et concours internationaux, élue « artiste de l’année » par le magazine Diapason et les auditeurs de France Musique  en 2011, elle avait été révélée au grand public en recevant une première Victoire de la Musique en 2002.

A 25 ans elle rencontre le compositeur Henri Dutilleux qui parle d’elle comme d’une « véritable révélation ». Elle est depuis dédicataire d’œuvres de Nicolas Bacri, Édith Canat de Chizy, Pascal Amoyel, Bernard Cavanna, David Lampel, Thierry Escaich ou Benoît Menut. Elle a également donné en première mondiale Chanson pour Pierre Boulez de Luciano Berio.

C’est à cette période également qu’elle constitue un duo avec le pianiste Pascal Amoyel, son partenaire à la ville comme à la scène, avec lequel elle défend avec ferveur autant d’œuvres oubliées que de grand répertoire.

Passionnée par les liens entre la musique et le verbe, elle travaille en étroite collaboration avec Laurent Terzieff sur des textes de Jean-Pierre Siméon. En 2005 elle co-écrit et joue avec Pascal Amoyel Le Block 15 ou la Musique en résistance mis en scène par Jean Piat. En 2011, elle crée Le violoncelle de guerre en hommage à Maurice Maréchal et à son violoncelle fabriqué à quelques pas des tranchées en 1915. Elle part en tournée avec ce programme jusqu’en 2018 tour à tour avec Didier Sandre, Christophe Malavoy, Francis Perrin, François Marthouret ou Richard Bohringer. En 2020, Robin Renucci lui confie le rôle d’Agafia dans Oblomov de Gontcharov (Tréteaux de France), lui offrant de concilier les rôles de comédienne et de musicienne.

Elle se produit régulièrement en tant que soliste, notamment avec avec l’Orchestre Symphonique de Lucerne, l’Orchestre Symphonique du Grand Montréal, l’Orchestre National d’Ukraine, l’Orchestre Symphonique d’Etat de Moscou, le BBC National Orchestra of Wales, l’Orchestre Symphonique de Busan (Corée), l’Orchestre Musica Vitae de Suède, l’Orchestre Symphonique de Québec, l’Orchestre Symphonique de la RTV de Slovénie, l’Orchestre Symphonique de Wuhan (Chine), les Orchestres Nationaux de Lille, d’Ile de France, de Lorraine, les Orchestres Philharmoniques de Strasbourg, de Monte Carlo...

La saison 2021/22 marque la création d’un  nouveau spectacle musico-littéraire d’après Vingt quatre heures de la vie d’une femme de Stefan Zweig (mis en scène par Laurent Fréchuret, aux côtés du comédien Gilles Chabrier et de l’Ensemble Sylf) et la parution d’un disque consacré aux Sonates et Lieder de Brahms (Harmonia Mundi – Choc de Classica) qui marque le 20ème anniversaire du duo qu’elle forme avec le pianiste Pascal Amoyel.

Elle est directrice artistique du Festival de violoncelle de Beauvais depuis 2012.
Professeure de musique de chambre au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris depuis 2008, elle prendra aussi en septembre prochain la succession de Michel Strauss, devenant la première femme nommée professeure de violoncelle dans l’histoire de l’établissement fondé en 1795.

Mai 2022


Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.