Arts-Scène Diffusion

Emmanuelle Bertrand

VIOLONCELLE

Augustin Javel, Bachtrack.com, août 2021

S’appuyant sur des graves envoûtants, Bertrand trouve dès Prélude initial le subtil équilibre entre une parfaite stabilité rythmique et un sentiment d’improvisation permanent qui emporte tout de suite l’auditoire ailleurs, sans pour autant se rendre inaccessible (…) Graves généreux mais pas ténébreux, projection idéale, l’instrument paraît être un compagnon de choix pour ce répertoire.Mais si les suites ont toutes leur caractère propre, Bertrand mobilise dans chacune d’elle une technique en permanence au service de la musique et d’un idéal interprétatif. On retient avant tout l’usage du vibrato : utilisé avec beaucoup de parcimonie, Bertrand en fait appel dans des cas bien précis, pour faire sonner une résolution ou apporter un souffle supplémentaire (...) Lire article complet

Patrick Szersnovicz, Diapason, septembre 2021

(...) Des dictions jumelles, un fondu d'âme et d'accent, une égalité des souffles leur réussissent pleinement dans les Liebeslieder, habiles transcriptions de six des plus belles mélodies de Brahms (...)

(...) Emmanuelle Bertrand attentive au détail comme à la variété de l'expression, séduit par une sonorité puissante, limpide et rayonnante. Elle investit la partition avec autant de ferveur que d'émotion. Le piano de Pascal Amoyel l'accompagne, l'entoure avec douceur ou bien dialogue, lui répond avec fermeté. Leur duo reste à l'unisson dans un même mépris des séductions trop immédiates, un même souci de la grande ligne, souple et clairement articulée, un même usage, généreux et subtil, du rubato et du legato. (...)

Fabienne Bouvet, Classica, Septembre 2021

Sans jamais négliger le sens du discours, Emmanuelle Bertrand & Pascal Amoyel livrent des sonates sensuelles & vibrantes. (...) Dès les premières mesures de la sonate n°1, la communion des idées et l'unité du geste s'imposent. (...) Il faut dire que la sensualité du jeu subjugue, tant les couleurs irriguent les phrases, tant les textures sculptent les lignes, tant certaines ombres fugaces viennent troubler l'émotion. (...) D'une tendresse irrépressible à fleur de peau, Emmanuelle Bertrand & Pascal Amoyel y chantent et virevoltent sur le ton de la confidence (...)

Philippe Cassard, L'OBS, août 2021

Dès les premières notes de la sonate en mi mineur, émises avec une pudeur infinie qui étreint le coeur, on sait que la partie est gagnée. Emmanuelle Bertrand et Pascal Amoyel ont tellement joué ensemble depuis vingt ans que tout jailli d'un seul souffle et d'une pensée unifiée, avec une science admirable des équilibres et des passages de relais. A rebours d'autres duos rivalisant de muscles, les deux complices jouent ici un Brahms chaleureux, raffiné, qui chante avec ferveur son amour de la musique de chambre. 

Benedict Hévry, www.resmusica.com, juillet 2021

(…) cette vision de concert semble plus pacifiée, « bien tempérée », jouant la carte d’une synthèse entre l’héritage hédoniste de la tradition instrumentale française au XXe siècle, et l’irrépressible carrure rythmique, jamais prise en défaut, des danses baroques ainsi stylisées. L’approche se veut variée, claire, éclatante, voire solaire, dans les troisième et première suites ouvrant le premier concert, avec cette articulation bondissante et pulpeuse (les courantes !), mettant en exergue la polyphonie latente de ces pages. La cinquième est ici sous-tendue par un tout autre geste musical, d’une gravité impavide et d’une impérieuse sévérité avec cet austère prélude et fugue à la française inaugural ; ou cette sarabande très impressionnante de dépouillement dans sa linéarité, avec une impeccable tenue d’archet.
(…) D’une savante et patiente construction, cette passionnante version culmine dès le difficile prélude, égrené à la manière d’un luthiste menant une improvisation quasi non mesurée. La violoncelliste nimbe d’une approche austère, roide et quasi funèbre (prélude, sarabande et même menuets) la deuxième suite, alors que la sixième, malgré quelques signes d’évidente et bien compréhensible fatigue à la fin de cette odyssée, conjugue plénitude quasi aérienne et efflorescence jubilatoire notamment dans une sarabande, toute en accord de trois ou quatre sons, superbement épanouie, ou dans l’irrésistible gigue finale.
Lire article complet

La Nouvelle République, juin 2021

Après un rêve de Gabriel Fauré, pièce d’une douceur incroyable, si courte que le public ne réalise pas tout de suite que c’est déjà fini et que les applaudissements peuvent retentir, Camille Saint-Saëns s’est fait entendre avec sa Sonate n°1, rarement interprétée et singulière dans le répertoire du compositeur, « écrite en 1970 » raconte Pascal Amoyel « et certainement la plus beethovenienne de ses œuvres ». Un duel effréné entre piano et violoncelle, où l’on peut tout aussi bien imaginer la tempête d’une âme qu’une dispute amoureuse.
Chopin, enfin, et sa Sonate en sol mineur. Les regards et sourires des deux interprètes se croisent sans cesse. On sent la grande complicité qui les lie. Elle anime leur visage, irradie leur musique, se communique au public. Ce n’est pas seulement un plaisir de l’oreille : c’est aussi une réjouissance pour la vue. Avec une grande simplicité humaine, ils affrontent sans trembler la complexité des œuvres, nous laissant entrevoir un instant que c’est là le métier d’interprète : beaucoup de travail pour atteindre la nonchalance du plaisir.
« Après le piano, le violoncelle était l’instrument de prédilection de Chopin », expliquait Yves Henry, directeur du festival, en introduction de ce concert. Il est vrai qu’entre les mains de ces musiciens, les deux instruments s’accordent merveilleusement et restituent à la musique de chambre toute la puissance de son intimité. Lire article complet

Philippe Venturini, Classica, Octobre 2019

Le son se montre très riche, ample, appuyé sur un grave rocailleux, mais le geste demeure toujours cursif, aérien (les préludes, y compris celui de la Suite n°4). Les courantes partent d'un pied léger tandis que les gigues n'hésitent pas à marquer les appuis, sans lourdeur. Sans lourdeur ni pathos sont également abordées les sarabandes dans lesquelles se déploient la "polyphonie virtuelle" recherché par l'artiste. Emmanuelle Bertrand a ménager le grain du son, la densité du bois, l'élan chorégraphique et la contemplation "sans rien (...) qui pèse ou qui pose".
5 étoiles

5 Diapasons, Octobre 2019

Si les cordes sont en boyaux, pour la qualité du timbre, la lecture se tient à l'écart des codes "baroques". Ledit instrument se prête à des sonorités moelleuses autant que percutantes, qu'Emmanuelle Bertrand déploie sans réserve.
La photo de couverture nous présente la musicienne le menton levé, dans une attitude de défi implacable, yeux et bouches fermés. Ce volontarisme imprègne tout un album sur lequel ne pèse aucune convention. On est saisi par des rubatos inattendus, des relances sèches, des tempos jamais uniformisés. Il y a là une verdeur de ton que nous ne connaissions guère.
5 diapasons

Gilles Mathivet, Les Affiches de Grenoble et du Dauphiné, Août 2019

On est frappé par le caractère jubilatoire de l'interprétation d'Emmanuelle Bertrand, et ce jusque dans les sarabandes les plus intimistes, où la méditation bénéficie ce soir de la complicité de l'architecture romane du prieuré de Chirens : malgré sa fragile tonalité dite funèbre en ré mineur, la Sarabande BWV 1008 reste maternelle et rassurante. Les courantes, démonstrations de virtuosité pour pied léger, ne se prennent jamais l'archet dans le tapis d'un rubato involontaire. Les bourrées, les menuets ou les gavottes, animées et contrastées, portent en elles une vision ardente et sublimée de la danse baroque, jusqu'à l'extase céleste à laquelle invite la ronde cosmique des gigues.

Var Matin, Avril 2019

Emmanuelle Bertrand et Pascal Amoyel ont terminé leur récital à l'image de ce qu'il fut : un grand moment d'émotion, de sensibilité. Et donc d'amour tout simplement.
Fidèles à eux-mêmes, les deux virtuoses ont d'abord tenu à faire comprendre ce qu'ils jouaient. Proches de leur public, au sens propre comme figuré, leur jeu et leur complicité à peine masquée font que la communion est totale, et que la relation est quasi fusionnelle avec la salle.


Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.