Arts-Scène Diffusion

Jean-Luc Ho

CLAVECIN & ORGUE

Classique en Provence, février 2024

Lucile Richardot - Un vrai talent scénique, une théâtralisation démonstrativement « baroque » (…) 

Le très talentueux claveciniste, lui, a créé tout au long du concert avec une grande finesse un continuum d’atmosphères subtiles (…) Le miracle, avec une telle personnalité, est ce parcours sans faute aux côtés d’un clavecin toujours présent, et qui ne le cède en rien dans la vocalité expressive.  L’exubérance explosive de Lucile Richardot et la sensibilité réservée de Jean-Luc Ho tracent une ligne musicale où jamais l’un ne domine ou n’occulte l’autre, dans une complémentarité remarquable, et en alternance entre pièces instrumentales et pages clavecin-voix.  Article complet

Frédéric Muñoz, resmusica.com, janvier 2024

L’interprétation de La guilde des mercenaires est à la fois savante et émouvante. La voix de Violaine Le Chenadec est souple et gorgée de cet art du discours qui nourrit ces airs par lesquels passent de nombreux états d’âme. Les instruments sous-tendent une harmonie riche et nouvelle dans ses intentions grâce à un continuo solide et subtil. La prise de son raffinée de Ken Yoshida dans la belle acoustique de l’église de Notre-Dame de Kerfons dans les Côtes-d’Armor, apporte une ambiance chaleureuse et agréable à l’écoute. Le choix de « Riposta » comme titre de cet album éclaire sur la démarche des musiciens, prêts à se répondre en harmonies ou en contradictions, au gré des textes musicaux. Article complet

Pizzicato, décembre 2023

Le programme varié joué par le claveciniste français Jean-Luc Ho lui permet une fois de plus de montrer ses possibilités de création inventives. Il peut ainsi exprimer la diversité des formes et des idées de Purcell, et montrer la même chose dans les pièces d'autres compositeurs. Article complet

Franck Mallet, Muzikzen.fr, 14 décembre 2023

Les instrumentistes de La Guilde n’ont pas leurs pareils pour orner avec un goût exquis du contraste et de l’assemblage de timbres savoureux des pièces comme ce Domine inclina coellos de Donati confié au basson de Jérémie Papasergio, l’Arpeggiata al moi modo de Castaldi au théorbiste Gabriel Rignol, ou encore ce Quanti Mercenarii d’après Palestrina signé de l’inconnu Francesco Rognoni Taeggio, dont Adrien Mabire et son cornet à bouquin se réserve lui aussi la partie solo, finement accompagné par le clavecin et l’orgue de Jean-Luc Ho et Yoann Moulin. Admirable Guilde des Mercenaires dans la ferveur intime de la miniature. Article complet

Serge Martin, Le Soir, 15 novembre 2023

Jean-Luc Ho est un claviériste tous azimuts. Clavecin orgue, clavicorde: aucun clavier ne résiste à sa curiosité (…) C’est cette complicité avec la musique du XVIIè siècle qui caractérise, ce récital d’une clarté et d’un élan enthousiasmants.
 

Viet-Linh Nguyen, musebaroque.fr, 05 novembre 2023

(…) des duos entre la voix ductile, claire et pure de Violaine Le Chenadec (superbe « O quam tu pulchra est » de Grandi) et le cornet à bouquin d’Adrien Mabire qui assume souvent la deuxième ligne de chant et où le souffle chaleureux et délicat d’Adrien Mabire en fait une voix humaine. Le climat intimiste, sobre et éloquent, la finesse d’exécution, le soin de miniaturiste apporté aux timbres, une certaine austérité des lignes font de cette interprétation puissante et concentrée un régal de timbres et de textures, avec des œuvres rares et des partis-pris de transcriptions tout aussi originaux (…) Et la cohésion de ces mercenaires est remarquable : Adrien Mabire tel un portraitiste flamand semblant doser à merveille l’équilibre entre l’extrême précision pointilliste, la beauté de la ligne vocale (pardon mélodique, car elle échoit souvent au cornet), les textures plus vertes (Jérémie Papasergio, véritable caméléon tout en rondeur, loin de ses interventions souvent plus jouissives et tonitruantes, comme dans le « Domine inclina coellos » d’Inazio Donati), et des apports poétiques des « juniors » de cette petite bande (la harpe et viole de Manon Papasergio, le théorbe de Gabriel Rignol), et le support harmonique de Jean-Luc Ho et Yoann Moulin, stable et assuré. Une pièce favorite ? Instrumentale, ce serait la Canzon XII boisée et dansante de Gabrieli, avec ces registrations d’orgue colorées et grouillantes, face à un noble cornet aérien et de superbes effets d’échos.  Article complet

Emmanuel Deroeux, Olyrix.com, 19 octobre 2023

Sous la coordination artistique d’Adrien Mabire, de talentueux jeunes musiciens de la scène baroque se sont de nouveau réunis en une Guilde des Mercenaires pour explorer ce répertoire, où les qualités vocales et instrumentales se mélangent harmonieusement. (...)La Guilde des Mercenaires offre ainsi, avec cet enregistrement intime et éloquent, un intéressant voyage sonore au cœur du XVIIe siècle vénitien. La symbiose entre voix et instruments traduisant par la délicatesse un plaisir évident de se retrouver et de partager ce répertoire où chacun trouve naturellement sa place.

Jean-Pierre Robert, on-mag.fr, 26 septembre 2023

(...) On est séduit par la sonorité claire dans l'ensemble des registres, son agréable résonance sans redondance dans le grave, ses aigus cristallins. Le jeu de Ho frappe par son extrême clarté, sa lisibilité et la rigueur de l'approche, même dans les passages les plus chargés. L'exécution est sur le versant plutôt lent - une durée de 87', comparée à celle de 76' favorisée par Say -. Ainsi prend-il l'Aria de manière très posée, soulignant la simplicité de la mélodie, pour cette pièce conçue dans l'esprit français. Quant aux variations, on admire le sens de l'architecture d'ensemble, avec une bonne assise à la basse. Un élément essentiel est la combinaison de logique de structure et une grande liberté d'expression, qui distinguent cette œuvre sans pareil.

Frédéric Norac, Musicologie.org, 23 septembre 2023

(...) La richesse du programme, construit autour de la musique vénitienne de la première moitié du xviie siècle et de Monteverdi, se révèle passionnant. D’abord par le choix des pièces où la rareté n’est pas là pour faire preuve d’érudition, mais pour offrir à l’auditeur une variété de registres et d’authentiques découvertes (...)La richesse des timbres sert merveilleusement la polyphonie de la basse continue qui soutient la voix de Violaine Le Chanec et se renouvelle sans cesse. La chanteuse varie à plaisir les registres expressifs au fil des pièces et se révèle aussi à l’aise dans le registre religieux que dans la désinvolture des madrigaux amoureux (...) Le résultat s’écoute dans la continuité sans lassitude et il s’en dégage une sensation d’intimité avec la musique et les musiciens qui est exactement celle que le mélomane va chercher au concert. Une remarquable réussite.

Marc Laborde, Utmisol.fr, 25 septembre 2023

Jean-Luc Ho nous en donne au clavecin une lecture brillante. Il sait fort bien se jouer de ces pages illustres qui font en permanence le grand écart entre la méditation la plus profonde et la joie la plus exubérante. (...) J. -L. Ho s’empare de cette musique qui sous ses doigts s’incarne pour devenir presque charnelle. Il sait imaginer cette vaste fresque musicale qui porte toute l’inventivité et la créativité du Cantor. 
Chaque atmosphère est rendue avec précision mais aussi élégance (...) Avec un soupçon de maniérisme, un jeu délicat et virtuose, Jean-Luc Ho nous livre ici une lecture magistrale. 


Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.