Arts-Scène Diffusion

Quatuor Hermès

MUSIQUE DE CHAMBRE

Michel Le Naour, CLASSICA, Juillet/Août 2022

(…) Outre le Quintette pour piano et cordes de Brahms, Florent Boffard et le Quatuor Hermès proposent la transcription par Webern de la Symphonie de chambre op. 9 de Schoenberg où chacun perce, par une lecture aérienne et subtile, les secrets chambristes de cette page expressionniste en un mouvement. Plus de détails

Clara Leonardi, ComposHer, Mai 2022

(…) S’ils ne manquent pas de varier les sonorités, abandonnant par moments le vibrato pour construire de grandes nappes sonores lisses et hypnotiques, les quatre instrumentistes n’oublient pas pour autant de préserver la continuité de la phrase à tout instant, soignant notamment les passages de témoin entre premier et second violon, qui sont d’une fluidité époustouflante. Les dialogues entre musiciens prennent une tout autre forme dans le « Rondo » final : portées par une espièglerie sympathique, les interventions fulgurantes de chacun ressemblent à autant de provocations destinées aux trois autres. L’essentiel du mouvement étant fait de phrases malicieuses, sautillantes, accompagnées de notes piquées ici très sèches, chaque thème chanté surgit comme un véritable enchantement. Au violon, le son d’Omer Bouchez, poétique mais sans lyrisme exagéré, porte à merveille les mélodies lumineuses imaginées par la compositrice. Plus de détails

Clara Leonardi, Bachtrack, Mai 2022

(...) Mais ce sont surtout les Hermès qui forcent l’admiration : si chacun des solos donne à entendre une personnalité bien distincte – de l’exaltation d’Elise Liu au recueillement d’Omer Bouchez, de l’élégance de Lou Chang à l’assurance de Yan Levionnois – les individualités disparaissent dans des tuttis incroyablement homogènes. S’appuyant sur un travail d’archet impressionnant, les quatre instrumentistes trouvent exactement les mêmes attaques, apportent au son le même soutien, et parviennent ainsi à ciseler des accompagnements délicats, comme à jubiler dans des fortissimos paroxystiques qui font trembler le spectateur. Plus de détails

Benedict Hévry, ResMusica, Janvier 2022

Le quatuor à cordes Hermès nous livre sa vision de deux des sommets schubertiens dédiés à la formation, celui des quatuors n° 13 « Rosamunde » et n° 14 « La Jeune fille et la mort ». À l’approche davantage lyrique et irrémédiablement nostalgique du premier répond une version farouche et tendue du second.
(...) le Quatuor Hermès renouvelle sensiblement le propos par la vaillance de son engagement et par la véracité altière d’un discours urgent et dramatisé à l’envi. Plus de détails

Emmanuelle Giuliani, La Croix, Décembre 2021

les quatre membres du Quatuor Hermès ont séduit le public par leur complicité et leur flamme musicales (...). Plus de détails

Yvan Beuvard, Crescendo Magazine, Décembre 2021

(...) Le Quatuor Hermès, que l’on ne présente plus, lui donne toute son expression sensible, avec une liberté de jeu et une élégance suprêmes. Les passages enfiévrés, les contrastes affirmés, la plénitude, la rondeur participent d’un discours qui passionne. L’équilibre est idéal, où chacun tient sa place dans une concentration et une écoute exemplaires. La beauté des timbres, leur fusion, le naturel des traits virtuoses, tout concourt au régal. Plus de détails

Bernhard Neuhoff, BR Klassik, Octobre 2021

(...) Kein Quartett, das durch auffällige Aktionen auf sich aufmerksam macht. Einfach nur sehr, sehr gute Musikerinnen und Musiker. Denen alle technischen Möglichkeiten und alle Farben zur Verfügung stehen: Beim Quatuor Hermès klingt Schuberts Musik flüsternd, verführerisch sinnlich, atemlos gehetzt und manchmal auch selbstvergessen glücklich. Es gibt junge Quartette, die krassere Dinge machen als das Quatuor Hermès. Aber es gibt in ihrer Altersklasse nur wenig bessere. Ein tolles Album, ein tolles Ensemble. Plus de détails

Béatrice Mouedine, Radio classique, Octobre 2021

(...) Omer Bouchez, Elise Liu (violons), Lou Yung-Hsin Chang (alto) et Yan Levionnois (violoncelle) perçoivent bien cette ambiguïté des finals schubertiens : nos quatre instrumentistes dansent ici sur un volcan, sans rien abdiquer de leur parfaite cohésion. On en ressort bouleversé. Plus de détails

Flore Védry-Roussev, Classicagenda, Septembre 2021

Composé par Omer Bouchez et Élise Liu aux violons, Yung-Hsin Lou Changà l’alto et Yan Levionnois au violoncelle, le Quatuor Hermès rayonne déjà depuis une dizaine d’années, comme en témoigne ses nombreux concerts et enregistrements, régulièrement salués par le public et la critique.
(...) Le quatuor dans son ensemble fait preuve d’une excellente cohésion et les quatre archets sont largement salués par le public de la Schubertiade.
Un concert de tout premier ordre avec un Quatuor Hermès qui, dans cette nouvelle configuration, promet de faire encore des merveilles ! Plus de détails

Manon Decroix, Bachtrack, Août 2020

(...) Au cœur du quatuor, le premier violon d’Omer Bouchez se distingue par sa large palette de vitesse de vibrato, tantôt resserré, tantôt large et lent. Elise Liu (second violon), brille quant à elle par son phrasé élégant et mesuré. Sa gestion des nuances est particulièrement fine, spécifiquement dans les longues lignes pianissimo. Enfin, l’alto de Lou Chang affiche une technique homogène, limpide et contrôlée. Plus de détails

ACTUALITÉ


Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.